Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
essais

Subaru XV 2.0D Boxer Club

...un jus d'orange pressé


par Patrick RENZI

Jouer la carte de l'exclusif avec des modèles à la marge, apporter un maximum de services dans un réseau trop dispersé, titiller la concurrence avec une grille tarifaire un tantinet surcotée et promouvoir une gamme jusque là bien décalée: pas facile pour l'importateur Subaru de se faire une place au soleil dans une Europe en berne ou une France à l'agonie. Avec le XV (prononcez icks -vé, pour ceux qui savent, sans doute?), le constructeur japonais relance les dés en dotant son catalogue du premier crossover maison et pourrait bien troubler les nuits de certains leaders du marché.



Subaru XV 2.0D Boxer Club

QUELQUES GENERALITES

Subaru XV 2.0D Boxer Club
Hormis la bâtarde Trezia, clone sans grand intérêt sinon celui d'exister de la Verso-S de Toyota (intérêts sociétaux d'union libre obscure obligent) et qui n'a pas sa place chez Subaru de par sa conception trop pâlichonne, les modèles Subaru brillent généralement par des motorisations Boxer associées à des transmissions intégrales avec les avantages qui vont avec. Et dans ces domaines particuliers, Subaru excelle. Alors, quoi de plus normal de retrouver bien tardivement, ce concept, dans un segment de crossover compact en plein essor qui fait les beaux jours de certains concurrents. D'entrée de jeu, le XV séduit et accroche l'œil. Bon signe! Et si le bougre allait créer la (bonne) surprise?

LE TOUR DU PROPRIO

Subaru XV 2.0D Boxer Club
Un peu à la sauce Jeep Kompass, ce XV redonne un sacré coup de jeune et de moderne à la marque. Le XV est esthétiquement réussi, use et abuse des artifices de carrosseries qui font son charme. Je pense aux passages de roues réhaussés d'enjoliveurs noir tendance, aux feux arrière un brin taquins, aux boucliers avant arrière travaillés comme il faut, aux optiques avant en "œil de faucon!!, tous ces petits secrets de designers qui soignent l'aérodynamisme, certes, certes, mais accrochent surtout les regards. Un équilibre de lignes bien dosé, des jantes de 17" biton au look ravageur, haut sur pattes comme il faut, les bureaux de style ont parfaitement appréhendé leur sujet et, franchement, ce XV en met plein la vue. Subaru a osé l'orange pour habiller son petit dernier, génial et plein de peps… Pour les plus conservateurs, le teintier offre d'autres couleurs… moins voyantes…, mais moins fun… Les goûts et les couleurs, sans doute?

ESPACE INTERIEUR

Subaru XV 2.0D Boxer Club
Résolument positionné dans un segment premium VIP en marge du généraliste commun, Subaru dote son XV Club d'un équipement série qualitatif comme la sellerie cuir, le système de navigation (parfois hésitant), l'accès et le démarrage sans clé (pas toujours top et souvent complexe), le toit ouvrant vitré électrique et le réglage électrique du siège conducteur… Le passager n'a qu'à aller se brosser… mesquin quand on se dit premium. Idem pour la peinture métal facturée 500 € et la boîte CVT Lineartronic uniquement dispo sur l'essence. L'habitabilité intérieure est surprenante pour un modèle aussi compact et les implantations ont été pensées judicieusement. La planche de bord au revêtement moussé à l'aspect et au toucher valorisant intègre ce qu'il faut, là où il faut. Un limiteur de vitesse en complément de la régul aurait été le bienvenu et une commande des fonctions au volant aurait été préférable à ce poussoir low cost indigne. L'écran tactile du multimedia remplit son office, mieux que le GPS qui s'égare...parfois. Le hayon dégage un volume de charge satisfaisant, sans pour autant offrir la modularité des temps modernes. On est agréablement surpris par le confort et le maintien des sièges au demeurant fort bien dessinés et par la vaste place disponible offerte aux passagers arrière.

ASPECT TECHNIQUE

Subaru XV 2.0D Boxer Club
Une Vraie Subaru, c'est avant tout et surtout une technologie radicalement opposée à ce qui se fait d'ordinaire dans la concurrence, aussi huppée soit-elle. Ici, nous l'avons dit en préambule, la motorisation est confiée à un bloc Boxer dont l'architecture réside dans les 4 cylindres posés à plat. Silencieux et quasiment sans les vibrations usuelles, ce groupe propulseur grimpe dans les tours facilement et les 147 ch caracolent dès que l'aiguille du compte-tours titille les 3600 tr avec un couple de 350 Nm entre 1600 et 2400 tr. Un 0 à 100 en 9.3s, une vitesse de pointe (sans grande importance de nos jours, mais révélatrice d'un bon tempérament) de 198. Tout cela est bon pour le moral et participe grandement au plaisir de conduite que nous distille le XV. Point de stop and start sur cette variante diesel et ce ne sera pas un mal. Cette stupidité technologique tendancieuse qui fait croire aux incrédules que l'économie d'échelle est au bout du chemin est une véritable hérésie. Consommer moins… en cycle urbain est une chose, mais changer un  démarreur tous les 60 ou 80000 km en est une autre. Un peu comme le biocarburant... Mais de tout cela, le marketing tendance écolo qui sévit dorénavant dans les show rooms, "oublie" de le dire aux futurs acheteurs qui paieront à l'atelier sur ce qu'ils économiseront à la pompe. Le châssis contribue à l'excellent confort de route de cette Subaru dont le concept connu a été amélioré. Pour la première fois sur un modèle de la gamme, Subaru dote ses amortisseurs de clapets "High Response" réellement salutaires. On apprécie cette suspension douce et avenante, sans pour autant distribuer du roulis à tout va.

SUR LA ROUTE

Subaru XV 2.0D Boxer Club
Que ce soit sur le bitume routier ou autoroutier, les chemins vicinaux ou le hors piste dégradé ou bien trempé, le XV se révèle être un compagnon de route sécurisant, fidèle et fiable. Son freinage n'est jamais pris en défaut, sa tenue de cap toujours très saine et sa direction présente une douceur et une précision au top. Grâce à la répartition de masses imposée par son concept boxer, le XV aborde les situations les plus délicates avec un aplomb redoutable. Sa maniabilité convaincante, la visibilité globale satisfaisante (une camera de recul rend les manœuvres aisées), la position de conduite surélevée, autant d'atouts dans le jeu du XV. Bien insonorisé dans son ensemble, il faut tirer les tours pour "profiter" de certaines vocalises au demeurant peu mélodieuses du boxer. Un apport acoustique moins nasillard serait le bienvenu. Et puis, malgré son gabarit extérieur mesuré (moins de 4.50 m de long), le XV se targue d'une habitabilité réelle. Ajoutez à cela le volume de charge et le confort de la sellerie, certaines qualités de matériaux, et le plaisir est au bout du chemin. Vraiment facile, le XV!

CONCLUSION

Subaru XV 2.0D Boxer Club
Avec le XV, Subaru se donne les moyens de ses ambitions. Dommage que les Japonais qui ne fonctionnent pas comme nous, ne daignent pas répondre favorablement aux importateurs européens, considérant à juste titre d'ailleurs, que ce marché n'est pas (encore?) suffisamment juteux pour consentir les efforts demandés. Ainsi, pas de version auto sur le diesel, pas de 4x2 pour les moins fortunés qui pourraient ainsi mettre un pied à l'étrier Subaru et plus si affinités, des tarifs un brin élitistes peu ou pas négociables (la politique des rabais à outrance titille aujourd'hui le ridiculement indécent), un réseau trop éparpillé et multi-marques, donc souvent tenté de proposer d'autres marques plus rentables sur le court terme. Pourtant, ce XV mérite un sérieux détour. Bourré de qualités routières, il ne pêche au fond, que par bien  peu de choses largement compensées par un apport technologique de premier plan qui a largement fait ses preuves, tant en clientèle ou en compétition où Subaru, malgré son désengagement, demeure un acteur clé. Pour réussir son implantation durable et croissante, se démarquer et flirter dans le premium, Subaru devra apporter à ses clients des services de tout premier plan… Et si c'était ça, le bonheur?

Subaru XV 2.0D Boxer Club


Notez


au hasard des essais déjà parus...
< >

Lundi 27 Octobre 2014 - 23:12 Volvo XC60 D4 Geartronic 8 Summum

Vendredi 17 Octobre 2014 - 16:57 Renault Twingo 0.9 SCe 70 Intens

édito | les news en live | focus | essais | reportages | hier | librairie | bloc notes | services | salons | 16 soupapes | Miniastory | Rêve & Prestige | évasion


le magauto magazine automobile