Accueil Accueil       Version imprimable Version imprimable          Partager Partager
hier

Renault R4L …

… la limousine est avancée


Patrick RENZI

1956…La France se cherche, le gouvernement passe les congés payés à 3 semaines et Mistinguett tire sa révérence…Sur l'Ile Seguin, on planche sur le projet "350" en référence au prix de vente qui figure dans le cahier des charges (350000 anciens francs). C'est Pierre Dreyfus, le Président de la Régie Nationale des Usines Renault, qui a donné son feu vert. La 4CV est en fin de carrière et l'heure est venue de moderniser la gamme. 1961… les lignes de montage de la défunte "motte de beurre" des usines de Billancourt accueillent désormais la nouvelle R4 qui fera sa première apparition officielle au Salon de l'Auto d'Octobre.



Renault R4L …
Dreyfus est un visionnaire, connaît la Régie dans ses moindres recoins et veut une auto adaptée au nouveau monde moderne, en France, mais aussi dans le monde. Ce sera la voiture blue-jean, pas chère, pas moche, polyvalente, solide, habitable, passe-partout, sans contraintes d'entretien, sans soucis.

Renault R4L …
La R4L sera la révolution automobile des années 60, marquera de son empreinte tout un pan de l'industrie et ouvrira un nouveau chapitre de Renault.

Et c'est vrai, qu'extérieurement, la R4L affiche une allure jusque là inconnue. Avec ses 6 glaces latérales, elle peut s'enorgueillir du titre de limousine. S'il vous plait... Mais une limousine ...utilitaire grâce à son hayon arrière vertical, son seuil de chargement très bas, moderne, c'est la 1ère traction avant de Billancourt (après l'Estafette) et le circuit électrique est en 12 V, habitable par son espace intérieur gigantesque, si le coup de crayon est simple, on ne reconnaît plus les tendances rondouillardes de la 4CV ou de la Dauphine. Le dessin des portières arrière, la petite calandre, les phares intégrés, la R4 ose et c'est tant mieux. Désormais, rien ne sera plus comme avant du côté de la Régie et la concurrence devra dorénavant faire avec.

Renault R4L …
Dedans, c'est grand, très grand. Et pour cause, l'aménagement intérieur va de la base du pare brise au hayon. Un volume dans lequel on peut loger 5 personnes avec armes et bagages. De la place, oui, mais pas de largeur aux coudes excessives. Une certaine intimité parfois sympathique, il faut bien l'avouer. Par contre des banquettes puis sièges aux allures sommaires mais au confort surprenant. Et ce sera d'ailleurs un des points forts de la R4L: le confort qui ne sera jamais pris en défaut même en passant les nids de poule. Il est vrai que Renault a apporté beaucoup de soin à sa petite protégée et adapté les différents réglages aux nouvelles attentes des clients déjà soucieux de leur bien-être. La planche de bord est d'une rare sobriété, mais l'essentiel est à sa place. Petit compteur gradué, basculeurs divers, poussoir lave glace et levier de vitesses au tableau de bord, levier dont la tringlerie va taquiner la boîte située en avant du moteur. Pour le reste, le minimum syndical de l'époque.

Renault R4L …
Sous le capot qui se bascule en avant, un vaste espace où se perd le petit 4 cylindres de 747 cm3 qui développe ici sa trentaine de chevaux. Du solide et du robuste, comme le demandait Pierre Dreyfus. Et c'est vrai qu'on ne trouvera pas meilleure mécanique pour offrir à la R4L une sérénité d'entretien. Que de jantes arrière gauche noircies par les gaz d'échappement dégorgeant de la sortie latérale du pot avant que celui ci ne rejoigne naturellement la façade arrière bien des années plus tard.

Renault R4L …
Le Neiman nous attend et c'est lui qui va donner au moteur le droit de s'émouvoir... Après quelques typiques hésitations, on retrouve le bruit légendaire de la 4L. Première enclenchée, embrayage relâché, notre 4L accélère comme une grande en attendant que l'on pousse la 2, puis la 3. La vitesse monte tout doucettement, la voiture est légère et les chevaux font ce qu'ils peuvent pour animer notre monture. Plus ça va vite, plus ça fait du bruit. A l'époque, l'insonorisation n'était pas une priorité et on vivait au rythme des évènements. Aujourd'hui, tout est aseptisé... Pas mieux! Premier virage, on redécouvre l'effet roulis. Comme une Dyane, la caisse se lève et ça penche... sans risque, car pour mettre une 4L sur le toit, faut déjà pas mal insister. La 4L tient parfaitement la route et sa direction naturellement non assistée est douce. Quand même, ce grand volant tout fin en bakélite des temps modernes, ça fait un peu chiche... Autre agréable surprise, nous l'avons dit, le confort de suspension très agréable. Et on se surprend à reprendre goût à notre petite 4L, voiture des villes, voiture des champs.

Renault R4L …
Plus qu'une virée nostalgique, un retour sur un passé vieux d'une cinquantaine d'années. Rustique, sobre, simplissime, utile et peu cher à l'usage, la 4L fut un must de la gamme au losange. Fabriquée-assemblée dans 28 pays, commercialisée dans plus de 100, elle sera vendue à plus de 8 millions d'unités après avoir été mise à toutes les sauces. Confortable, habitable, polyvalente à souhait, elle restera une des voitures les plus appréciées de sa génération et aujourd'hui encore, elle suscite bien des envies...


Notez

édito | les news en live | focus | essais | reportages | hier | librairie | bloc notes | services | salons | 16 soupapes | Miniastory | Rêve & Prestige | évasion


le magauto magazine automobile